Faut-il parler de la pyramide olfactive ?

Notes de tête, notes de cœur, notes de fond : la pyramide olfactive est un outil très pratique pour parler des parfums. Mais les consommateurs la comprennent-ils bien ?

En parfumeries, l’approche du client se fait souvent par des mots simples, tels que : nouveau ou frais. Pour autant, un nombre important de conseiller(e)s de vente aime présenter les parfums en parlant de leurs ingrédients.

Quant aux sites de vente en ligne, ils sont nombreux à aller plus loin et à afficher également la pyramide olfactive. C’est-à-dire une liste ordonnée d’ingrédients, qui tient compte de l’évolution du parfum.

A ce sujet, plusieurs marques se demandent s’il faut ou non parler de la pyramide olfactive aux clients. Pour des raisons différentes, certains parfumeurs se posent aussi la question.

La pyramide olfactive, ce sont souvent 3 ingrédients revendiqués en tête, 3 en cœur et 3 en fond. Parfois moins ; mais souvent aussi parfois plus.

Sans doute faut-il adapter le discours en fonction des consommateurs : si le parfum est pour eux, ou pour un cadeau, s’ils sont davantage sensibles à l’odeur, ou au concept du parfum, etc.

Neuf ingrédients revendiqués sont sans doute adaptés pour une recherche d’informations sur un site Internet, mais probablement pas pour une vente en face à face.

Le discours doit aussi être adapté en fonction de la marque. Une marque de niche, par exemple, a une vraie légitimité pour parler des ingrédients. Cependant le parfum ne doit pas se résumer à une liste de matières premières récitées comme un concours, explique Serge Lutens.

« Avant moi, personne ne citait de matières premières en parlant de ses parfums ». Aujourd’hui, c’est trop estime-t-il. Parler d’un parfum, « c’est simplement un nombre d’ingrédients », « on vide le parfum de son sens ». En même temps, il reconnaît que sans évoquer d’ingrédient, les conseiller(es) ou les client(e)s peuvent être perdus face à un parfum.

Que l’on parle de pyramide olfactive et d’ingrédients, ou non, reste donc à trouver le bon équilibre.

Auteur : Nicolas Olczyk

Independent fragrance expert, based in Paris, France - Expert indépendant du parfum.

10 réflexions sur « Faut-il parler de la pyramide olfactive ? »

  1. Bonjour,
    Merci pour votre article. Personnellement je pense que le face à face dépend souvent de la disponibilité du client, et la sensibilité face au parfum. J’ai établi un descriptif de tous les parfums dans la parfumerie et quand je sens que la personne est demandeuse et a la curiosité de vouloir en savoir plus, nous établissons simplement le dialogue d’une passion partagée.
    Bien à vous

    1. Très bonne question. Aujourd’hui, la pyramide olfactive est un outil très utilisé, mais il est difficile de dire de qui émane cette idée.
      Cela reste en effet un outil et une vue de l’esprit.

  2. Il me semble que la pyramide est attribuée au parfumeur Jean Carles de chez Roure, créateur de leur école de parfumerie, et aussi créateur de Miss Dior (respect!).
    Je trouve cependant que la pyramide est une forme géométrique inadaptée pour illustrer l’évolution des notes de tête/cœur/fond et de la dominante à un instant donné.
    Sur une pyramide, le fond est beaucoup plus important que la tête, la pyramide n’évolue pas (ou peu, cf le plateau de Gizeh), et l’ensemble de la pointe à la base s’appréhende en même temps. Ce qui n’est pas le cas dans ce que l’on veut illustrer. Mais faute d’un outil de description plus performant…

  3. Didactique! Merci pour cette mise au point Nicolas.
    Il y a beaucoup de parfums qui n’évoluent pas (je pense tout d’un coup à Beyond Paradise d’Estée Lauder, l’un de mes préférés) mais certains ont une évolution en 4 temps ou même davantage (Ambre Narguilé), peut-être que cette manière de voir les choses est dépassée, j’entends par là avec les nouveaux parfums conceptuels et autres innovations à venir. Mais à l’époque de son invention, c’était plutôt conventionnel, mais très pertinent aussi.
    Bonne soirée

  4. Bonsoir,
    Décidément vos écrits et oraux me parlent !
    Vous annoncez qu’il existe d’autres moyens pour caractériser un parfum (autre que la pyramide olfactive).
    Quels sont-ils ?
    Est ce que ces autres méthodes sont utilisées par les consommateurs ou bien pour les experts/nez ?
    Merci pour vos lumières.

    1. La pyramide en tant que telle est sans doute un peu compliquée pour un consommateur à qui on présente un parfum, notamment sur le point de vente.
      En effet, lui citer 8 à 10 ingrédients n’est sans doute pas adapté. D’autant qu’il n’est pas sûr du tout qu’il connaisse l’odeur de la bergamote, du patchouli, du galbanum, etc.
      On peut donc essayer de se limiter à quelques ingrédients.
      Mais on peut aussi s’intéresser à la famille olfactive. « Vous portez tel parfum, je vais vous présenter un parfum dans le même esprit » (en l’occurrence la même famille).
      On peut aussi parler du concept du parfum.
      On peut raconter une histoire ou une anecdote liée à la création, ou à la marque.
      On peut aussi procéder par analogie avec d’autres sens : faire des rapprochements avec des lieux/voyages, des textures/matières de vêtements, des couleurs.
      En fait, les possibilités pour parler d’un parfum sont nombreuses.
      Reste à avoir le bon langage et à faire preuve d’une certaine dose de pédagogie. Ce n’est pas toujours facile sur le point de vente, surtout un samedi après-midi de grande affluence, mais c’est possible.

      1. Tout à fait ! Est-ce que l’analyse verbale est la meilleure analyse que nous puissions avoir pour caractériser un parfum ? (au jour d’aujourd’hui, j’ai l’impression que oui).
        Il semble difficile de trouver une autre méthode pour les caractériser, autre que verbalement.

Répondre à Isabelle Ferrand Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s