Parfums, design, mode : la mort vous va si bien

pub poison dior

Chez les créateurs, la référence à la mort et à la tête de mort peut susciter l’idée de danger et de mystère. Mais elle sert souvent à véhiculer une image de rébellion douce… et branchée.

Parfois, la mort est suggérée, dans l’image ou dans le nom. Dior avait exploité cette idée dès 1985 avec le parfum Poison. Pour cette fragrance, le photographe Vincent Peters réalisa en 2002 une publicité où le visage d’une femme dans le miroir évoque une tête de mort. C’est subtil et beaucoup ne le remarquent pas au premier coup d’œil. Cette photo est inspirée par le tableau ‘All is Vanity’ (1892) de Charles Allan Gilbert. Les deux images sont comparées ci-dessus.

La tête de mort s’inscrit aussi dans une tendance plus globale où la mort ne fait plus peur et inspire les créateurs. Comme chez Serge Lutens avec De profundis, inspiré par les fleurs du cimetière, notamment le chysanthème. Une idée que l’on retrouve avec le parfum Funeral Home (‘funérarium’) de la marque américaine Demeter.

Très tendance dans les secteurs de la mode et des bijoux, la tête de mort inspire aussi les flacons. Joop et Paco Rabanne ou Police la font apparaître sur le packaging. D’autres créateurs vont encore plus loin et ont choisi de faire de la tête de mort le concept-même de leur parfum. Comme par exemple la marque de lunettes Police. En 2011, elle présentait « To Be », décliné ensuite en nombreux flankers. Cela permet aux marques de conquérir des consommateurs plus jeunes, plus branchés… ou plus intéressés par l’objet que par le parfum.

parfums tête de mort

flacons Ed Hardy, Joop, Tokyo Milk & Paco Rabanne

Une alternative pour celles et ceux qui n’auront pas pu s’acheter l’œuvre ‘For the love of God’ de l’artiste en vogue Damien Hirst. Ce crâne humain recouvert de plus de 8000 diamants a été vendu plus de 100 millions de dollars, soit près de 75 millions d’euros ! Avec cette œuvre de Hirst, on flirte avec le bijou. ‘En joaillerie, la tête de mort est très utilisée’, explique le designer de flacons Marc Touati; ‘en bijouterie fantaisie certes, mais également dans le secteur du luxe’.

La tête de mort vue par Damien Hirst (à gauche) et par Zadig & Voltaire (pull coton Monastir, à droite). A choisir selon son budget : 75 millions d’euros pour le premier, 185 euros pour le second.

Mais c’est aussi la mode qui a contribué à amener les marques de parfums à s’approprier le motif tête de mort. Comme par exemple les nombreux pulls et accessoires de Zadig & Voltaire. Socialement, on est plus ici dans le ‘rebelle chic’, ou dans le ‘gentil rebelle’ que dans le ‘rebelle révolté’.

‘Initialement la tête de mort, c’est le symbole des pirates, on est dans le transgressif. Mais aujourd’hui, avec l’évolution de la tendance, on peut dire que c’est plutôt de la douce transgression’, précise le designer.

La tête de mort véhicule donc aujourd’hui une image subversive douce. A quelques exceptions près. Comme par exemple le mannequin Rick Genest, surnommé Zombie Boy.

Intégralement tatoué ou presque, il arbore un visage en forme de tête de mort. Sa silhouette atypique a plu à Thierry Mugler qui l’a fait défiler pour ses collections mode. Les marques de parfums n’ont pour l’instant pas osé faire appel à lui. Mais qui sait ?